Dordogne. Les fouilles reprennent au Musée national de Préhistoire aux Eyzies

Depuis le 13 juin, les équipes du Musée national de Préhistoire, aux Eyzies, ont entrepris des fouilles de restauration au château, pour proposer une offre supplémentaire.

La falaise derrière le château est une véritable mine en matière de Préhistoire. (©BR/Réusir le Périgord)

C’est dans les années 1920 que Denis Peyrony, l’un des plus influents préhistoriens de la vallée, a réussi à faire acheter par l’État, le château de Tayac, sur les falaises des Eyzies. L’idée était d’en faire un musée ouvert au public pour présenter ses colllections.

En 2004, le nouvel établissement a vu le jour et l’ancien musée est devenu une réserve. Or, juste à côté de l’entrée, Peyrony avait mené des recherches tout à fait par hasard. « Lors des travaux de restauration du château, il a dégagé pas mal d’objets préhistoriques, éclaire Peggy Bonnet-Jacquement, technicienne de recherche au MNP. Il a donc laissé cet espace ouvert pour que les visiteurs puissent en profiter. »

Au fil du temps, une vitrine est venue protéger l’espace. Mais, depuis 2004, l’endroit est tombé en désuétude. La végétation a repoussé et l’endroit n’était pas vraiment montrable.

L’intégrer à la visite

Alors, avec l’autorisation de l’État, propriétaire foncier, les équipes du MNP se ont mises au boulot. « L’idée est de dégager les différentes couches stratigraphiques sur environ un mètre carrè, explique Nathalie Foument, la directrice. De façon à revenir plus ou moins à ce que c’était à l’époque. »

N’empêche, même sur un si petit espace, l’équipe a déjà extrait près de 500 objets. Comme, par exemple, des aiguilles à chat. Chaque objet est cartographié, lavé et numéroté. C’est Brad Gravina, qui, au sol, s’occupe de les collecter dans le calcaire. « Cela fait partie des grands enjeux pour les années à venir, sourit Nathalie Fourment, la directrice. L’an prochain, nous allons fêter les 100 ans du musée et nous aimerions proposer quelque chose à nos visiteurs dans ces lieux, qui sont à l’origine du musée. Le but c’est que cette fouille fasse partie intégrante de la visite. »

On sait que la falaise derrière le château est une véritable mine en matière de Préhistoire. « On ne fouille pas tout, tempère la directrice. L’idée est de le remettre en état, le nettoyer pour, de nouveau, l’ouvrir au public. »

Article de Boris Rebeyrotte

Vidéos : en ce moment sur Actu

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre Réussir le Périgord dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.

Dernières actualités

Réussir le Périgord

    Voir plus
    Le Journal