Covid-19 : masque, pass vaccinal... Les restrictions de retour avec la reprise de l'épidémie ?

Depuis quelques semaines, le nombre de contaminations ne cesse de grimper. De quoi laisser planer la mise en place de nouvelles mesures. Un texte de loi est prévu à cet effet.

Le masque dans les transports pourrait être de nouveau instauré. (©PHOTOPQR/LE PARISIEN/MAXPPP)

On les avait presque oubliés. Le masque dans les transports, au supermarché, le pass vaccinal à scanner avant d’aller au restaurant, les jauges dans les salles de concerts et les stades… Après la fulgurante vague Omicron débutée en novembre 2021, qui a restreint pendant plusieurs mois nos libertés, ces restrictions semblent être de l’histoire ancienne.

Mais depuis quelques semaines, les sous-variants BA.4 et BA.5 font repartir l’épidémie en flèche et laissent planer la menace du retour des mesures sanitaires dans notre quotidien.

On compte, à date du jeudi 23 juin, plus de 52 000 cas positifs en moyenne chaque jour, un taux d’incidence proche de 500 contaminations pour 100 000 habitants et un taux de reproduction (nombre moyen de personnes qu’une personne infectée peut contaminer) à plus de 1,3, soit des chiffres proches de ceux que l’on a connus en décembre dernier. 

À lire aussi

Le risque des transports 

À deux semaines du début des vacances scolaires, le port du masque dans les transports, obligation levée depuis le lundi 16 mai, pourrait être de nouveau mis en place.

« Dans des trains bondés, le risque de se retrouver en présence de personnes infectées est élevé, explique à actu.fr Pascal Crépey, épidémiologiste et enseignant-chercheur à l’École des hautes études en santé publique à Rennes. 

Ce serait une bonne idée que la population porte le masque, pour protéger notamment les plus fragiles et éviter les contaminations massives.

Pascal CrépeyÉpidémiologiste et enseignant-chercheur à l’École des hautes études en santé publique à Rennes

Un point que partage Alain Fisher, président du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale du gouvernement, qui estime, chez nos confrères de France 2, que cette mesure est envisageable « pour les personnes fragiles, et probablement pour l’ensemble de la population, parce que c’est une mesure de protection collective et en faisant le petit effort de porter le masque on contribue à protéger les personnes fragiles ».

À lire aussi

Fin de l’état d’urgence sanitaire le 31 juillet

Pour ce qui est du retour des autres mesures, toutes levées, comme le port du masque dans les lieux accueillant du public (commerces, bars et restaurants, lieux de culture…), le pass vaccinal, les jauges, l’obligation de télétravail, voire la fermeture des discothèques, rien ne semble être dans les cartons du gouvernement pour le moment. 

Vidéos : en ce moment sur Actu

Ce que confirme la direction générale de la Santé, contactée par actu.fr, qui « appelle les Français à respecter les gestes barrières et à être vigilants avec les plus à risque face au virus ». 

Mais jusqu’au 31 juillet, date de fin de l’état d’urgence sanitaire, l’exécutif a encore les coudées franches pour instaurer, par décret, de nouvelles mesures, si la situation continuait de se dégrader. 

Un texte de loi prévu 

Pour la suite, un texte de loi est prévu. Il devait être présenté mardi 21 juin en Conseil des ministres, mais ce dernier a été ajourné en raison des élections législatives et notamment de la défaite de trois ministres, dont Brigitte Bourguignon, ministre de la Santé. 

Ce texte doit, selon la porte-parole du gouvernement, Olivia Grégoire, permettre à l’exécutif de « pouvoir rester vigilants à l’endroit de la remontée possible du Covid-19 » après le 31 juillet. Mais elle promet que le pass vaccinal en est exclu : 

On ne va pas présenter un texte qui va prolonger l'ensemble des dispositifs de crise existants. On n'est pas sur le pass vaccinal, l'état d'urgence, etc. Ce qui nous importe est de nous assurer qu'on est en mesure d'intervenir si nécessaire, avec la mise en place de mesures de freinage si la situation était amenée à évoluer, voire à dégénérer post-31 juillet.

Olivia GrégoirePorte-parole du gouvernement

À lire aussi

Vers une nouvelle vague à l’automne ?

Reste à savoir comment va évoluer la situation au cours des prochaines semaines. Pour Pascal Crépey, « l’arrivée des vacances d’été scolaires (vacances scolaires en général) sont souvent un frein à l’épidémie. Avec les écoles fermées, les lieux de travail moins fréquentés et les transports urbains moins chargés, on se retrouve avec 30% de contacts en moins ».

Il est donc probable que l’épidémie ralentisse au cours de l’été. Mais la crainte est à venir à partir de cet automne, avance l’épidémiologiste. « Si l’on se base sur les deux années précédentes, l’arrivée de la période hivernale, en octobre, a déclenché une nouvelle vague. Aucune raison de penser que cette année sera différente. »

De quoi ouvrir la perspective de nouvelles restrictions ?

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre Actu dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.

Dernières actualités

France - Monde

    Voir plus